Mode et Patrimoine. Cristóbal

PROCHAINE EXPOSITION

Mode et Patrimoine entretiennent un dialogue paradoxal qui oppose l''eph'emère au permanent.
Une conversation où ces deux opposés convergent pourtant chez Cristóbal Balenciaga.

Depuis la mise en route de la série curatoriale en 2018, coïncidant avec l’Année européenne du Patrimoine, le Musée s’est proposé de réfléchir avec elle sur la façon dont l’œuvre de Balenciaga évolue de Mode à Patrimoine, en confluant avec la biographie du créateur et en montrant son évolution, sa contribution à l’histoire de la mode et le processus de patrimonialisation de son héritage.

La série, conçue de manière cumulative, intègre et assimile les recherches préalables et actuelles, en structurant un discours chronologique commun et en proposant dans chaque exposition un centre d’attention différent et une muséographie éditée et révisée à chaque fois pour l’adapter à ce thème central.  Cette approche tout à fait innovante et originale est le fruit de la collaboration du Musée avec la prestigieuse créatrice d’expositions Judith Clark, spécialisée en muséologie expérimentale et co-directrice du Center for Fashion Curation du London College of Fashion.

Le troisième volet qui verra le jour cette année, sous le titre « Cristóbal », mettra l’accent sur le créateur lui-même et sur l’empreinte qu’il a laissée en tant que personne à travers divers objets lui ayant appartenu et réunis dans les collections du Musée. Ainsi, plusieurs objets personnels de Cristóbal Balenciaga seront exposés à côté des vêtements, afin de nous aider à mieux cerner la facette la plus intime du célèbre couturier. Outils de travail, objets personnels, lettres et correspondance privée, ou vêtements qui nous parlent de sa personne : ses goûts, ses passions, son quotidien…

L’exposition montre ainsi l’œuvre de Balenciaga en évolution tout en nous permettant d’imaginer le propre Cristóbal grâce à la présence de ses objets. Selon les mots d’Igor Uria, commissaire de l’exposition et directeur de collections du Musée : « Nous ne cherchons pas à réaliser un portrait, mais une évocation de l’homme qui resta toujours dans l’ombre, derrière le rideau, réfugié dans les ateliers, dans l’exécution des idées et le silence de la création – et à nous demander peut-être pourquoi ces objets concrets sont parvenus jusqu’à nous, et ce qu’ils nous disent de lui- ».