Cristóbal Balenciaga. Mode et Patrimoine

Mode et Patrimoine entretiennent un dialogue paradoxal qui oppose l''eph'emère au permanent. Une conversation où ces deux opposés convergent pourtant chez Cristóbal Balenciaga. 

Il y a 50 ans, en 1968, le Maître de la haute couture se retirait. Cette année 2018 – Année européenne du patrimoine -  est l’occasion de réfléchir sur la valeur que l’œuvre de Cristóbal Balenciaga acquit soudain en tant que patrimoine à partir de la fermeture de ses salons et de l’arrêt de l’activité de ses ateliers à Paris, Madrid, Barcelone et San Sebastián.

Ainsi, le point de départ de l’exposition Cristóbal Balenciaga, mode et patrimoine, coïncide avec le moment où les créations de Balenciaga cessent de se mouvoir dans les rues et les salons pour habiter les Archives, les galeries et les musées. Elles ne servent plus à embellir des corps pour être admirées pour ce qu’elles sont, pour leur beauté intrinsèque.  Elles abandonnent les premières pages des magazines de mode pour occuper celles des revues d’art et perdent leur vernis d’exclusivité pour devenir accessibles à tous les publics, à toutes les classes sociales.

Dans ce dialogue entre Mode et Patrimoine, nous voulons explorer les deux chemins parcourus par les créations depuis le moment où les deux convergent, en cette année 1968. L’un nous mène jusqu’à aujourd’hui, pour dévoiler au public ce sentier de consolidation patrimoniale intimement lié à notre raison d’être en tant que musée, et l’autre débute en 1917 – date d’ouverture du premier atelier de Balenciaga à San Sebastián – jusqu’à la fermeture de ses maisons, pour nous aider à comprendre depuis les tout débuts la progression, l’évolution et la révolution créative du grand couturier.

Une conversation que le musée entreprend avec Judith Clark, commissaire réputée et directrice du Centre for Fashion Curation de l’University of the Arts de Londres. Le discours de l’exposition et la sélection des pièces qui l’accompagnent, de même que la conceptualisation spatiale et sa conception, sont le fruit de la collaboration entre l’équipe du musée Cristobal Balenciaga et la commissaire britannique.

L’exposition occupera 900 m2 du musée à partir du 24 mars 2018 jusqu’au 27 janvier 2019 et se composera de 80 pièces d’habillement ainsi que d’autres ressources telles que documents, images, objets, patrons, croquis ou tissus. La technologie aussi y sera présente, facilitant l’interactivité, au moyen de numérisations qui nous permettent d’observer le détail d’une pièce et d’obtenir sa vision à 360ºC, d’infographies qui nous éclairent sur sa construction technique, ou encore de l’appli avec ses propositions de divers parcours thématiques.

L’exposition est basée sur les collections du musée et bénéficie du soutien indispensable des Archives Balenciaga, Paris (Balenciaga, S.A., groupe Kering).